ADHV L 358 - 12 mars 1751 - Déclaration des revenus du curé de Linards

Cure de Linars de l'archiprêtré de St Paul, à la nomination de M. l'abbé de St léonard
Déclaration que donne à nos seigneurs tenants la prochaine assemblée, pour être remise au bureau diocésain de Limoges, pour obéir à l'ordonnance de sa majesté du 17 août 1750, le sieur curé suivant ce qu'on lui en a dit, car il n'y a que deux mois qu'il est en possession du bénéfice.

Revenus :
1. Il y a dans le susdit bénéfice un canton de dîmes, délaissé par les décimateurs pour la pension du curé ou celle du vicaire, qui ne va pas à ce qu'on dit au-delà de cent 40 setiers seigle mesure de St Léonard qui font cent soixante huit mesure de Limoges
2. Il y a une fondation sur le château de Linars de 40£
3. Il y en a une autre sur le château de Lajaumont de 28£ 10s.
4. Il y a dans la susdite paroisse trente et un villages et le bourg
5. Il y a environ onze cent communiants
6. J'ai vu sur les registres qu'il se fait ordinairement soixante baptêmes, vingt grands enterrements, quinze petits enterrements, dix huit ou vingt mariages
7. Il peut se faire dans la susdite paroisse deux services, l'un pour les âmes du purgatoire, l'autre pour les particuliers, et ce chaque semaine.
8. Tout le susdit casuel monterait à la somme de deux cent vingt livres s'il était payé.
9. Il y a u petit lopin de jardin dont on ne [jouit] de rien
10. Il y a une terre d'environ une émine de pays qui peut produire l'année qu'on la sème un setier de blé
11. Il y a bien quelques autres terres en friches dont on n'a jamais joui de rien.
12. La paroisse donne vingt cinq livres pour le louage de la maison curiale
Je n'ai trouvé aucun titre ni contrat concernant le susdit bénéfice.

Charges :
Il n'y a dans le susdit bénéfice ni maison ni grange ni écurie ni [pré]; il en coûte au susdit curé 100£ par an.
Il y a quatre vingt quatre livres de décimes et cinq livres et quelques sols d'abonnement.
Le curé est forcé de tenir un vicaire, il n'y a aucun fond pour le payer, de sorte qu'il faut prendre 150£ sur les dîmes.
Il faut pour payer ou nourrir un domestique ou pour les pauvres 150£
L'on dit tous les dimanches la messe pour la paroisse qui monte vingt six livres.
Les fondations ci dessus énoncées sont plus onéreuses que profitables, d'autant qu'il y a deux messes par semaine pour celle de 40£.
J'ai oublié de déclarer que l'on peut dîmer d'une dizaine d'éminaux d'avoine.
Et pour la dîme du blé noir, laine ou chanvre, les paroissiens donnent ce qu'ils veulent.
Il est aisé de conjecturer par les détails ci-dessus qu'il n'y a presque rien pour le curé, aussi est-il déterminé de faire l'abandon des dîmes pour s'en tenir à la pension et celle du vicaire.
Je déclare que la présente déclaration autant que je l'ai pu découvrir est véritable,
A Linars ce 12 mars 1751
MARC curé de Linars.

ADHV L-358 - 14/03/1751 - Déclaration des revenus du prévôt de Linards

Déclaration que donne au bureau de la chambre ecclésiastique du diocèse de Limoges Guillaume Constant de la prévôté de Linards, audit diocèse en conformité de la déclaration du Roi du
1. Déclare le prévôt de Linards tenir ladite prévôté qui est régulière en commande depuis le mois de juillet 1728
2. Que ladite prévôté dépend de la maison des R.P. bénédictins de Solignac, que le titre de ladite prévôté est dans le bourg et l'église paroissiale de Linards
3. Que tous les revenus de ladite prévôté dont jouit à présent le prévôt consistent en rentes savoir est :
? Une rente foncière et directe sur le ténement du Burg et des Guillioux en la paroisse de St Germain à la mesure de Magnac le Petit, froment vingt setiers, avoine cinq setiers, six gélines; ladite rente a été affermée en 1738 à m° Filhoulaud [] du bourg de Glanges par contrat reçu par Martinot notaire royal du bourg de St Méard pour neuf années la somme de soixante livres - 60£
? Et parce que, outre que la mesure est si petite qu'il faut 5 quartes pour faire un setier de Limoges, et que le setier de l'avoine est réduit par arrêt du parlement de Bordeaux à deux éminaux, ladite rente est jouie aujourd'hui par l'un des tenanciers par parole verbale.
? Plus est due à la prévoté par et sur le moulin du seigneur marquis de Linards la rente foncière seconde vingt setiers de seigle mesure de St Léonard, laquelle rente est affermée et jouie par le Sr Barget marchand habitant du Pont de Noblat à St Léonard pour le prix et somme de soixante livres payables par contrat reçu par Lombardie notaire royal à Limoges en 1740 - 60£
? Total du revenu que perçoit le prévôt de Linards :
? Froment :  20 setiers
? Seigle :  20 setiers
? Avoine :  10 éminaux
? Poules : 6
? Lequel revenu suivant les baux publics ci-dessus mentionnés rendent à la somme de cent vingt livres  - 120£ - dont faut distraire pour les décimes ordinaires vingt deux livres par an - 22£ - plus pour les pauvres dans les deux endroits pour les réparations des églises l'un et l'autre quand le cas y échoit, ou pour faire l'office dans l'église de Linards quand pour user du droit on veut y aller et s'y rendre, par an cinq livres - 5£ - Total des charges - 27£ -qui déduites du revenu se trouve qu'il demeure au titulaire la somme de quatre vingt treize livres - 93£.
Laquelle déclaration je soussigné prêtre et prévôt de Linards certiufie être véritable pour être remise à Limoges ce 14° mars 1751
CONSTANT prévôt de Linards
 

Free Web Hosting